Zoom sur la profession de diagnostiqueur immobilier

Zoom sur la profession de diagnostiqueur immobilier

La profession de diagnostiqueur immobilier attire les personnes du secteur de la Technique du Bâtiment, mais pas seulement. De plus en plus de personnes d’autres milieux professionnels s’intéressent à cette profession. Une mise à niveau est alors possible. La formation elle-même est technique et juridique à la fois. Elle est très spécifique. L’organisation de la profession, l’est également.

Formation pour devenir diagnostiqueur immobilier

Les prérequis

Au départ, l’idéal est d’avoir un Bac+2 dans la Technique du Bâtiment, mais on peut aussi prétendre à la formation de diagnostiqueur immobilier si on a 3 ans de travail dans la Technique du Bâtiment comme technicien de bâtiment, ou agent de maitrise de bâtiment, ou un poste équivalent. Ou encore, on peut suivre une formation longue pour obtenir un diplôme de niveau II ou III.

La formation pour devenir diagnostiqueur immobilier

Elle peut se faire dans différents lieux :

– Formation universitaire

– Formation par le GRETA

– Formation professionnelle

– Formation par alternance

– Formation en entreprise.

La formation pour devenir diagnostiqueur immobilier est courte ou longue. La formation courte dure de deux à trois mois et donne des cours théoriques avec QCM et des mises en situation sur le terrain avec l’accompagnement d’un formateur certifié. Le stagiaire apprend ainsi le métier de diagnostiqueur immobilier. Il apprend à faire des études de diagnostics et à rédiger des rapports précis et méthodiques. Il apprend aussi à estimer le prix d’un bien immobilier, ou à calculer les tantièmes de copropriété, etc. La formation longue approfondit la formation en ajoutant des cours de commerce, de gestion administrative, et des examens blancs avec corrections individuelles, des simulations de passage devant le jury.

La certification du diagnostiqueur immobilier

Après la formation, les examens de certification vérifient les aptitudes du stagiaire pour effectuer divers diagnostics obligatoires, dont le DPE, la loi Carrez et Boutin, le diagnostic amiante, plomb, termites et parasites, gaz, électricité. Le stagiaire passe devant un jury. Si ses aptitudes sont bonnes, le stagiaire est certifié diagnostiqueur immobilier.

La déontologie du diagnostiqueur immobilier

Le diagnostiqueur immobilier a un code de déontologie qu’il se doit de respecter.

La compétence

Le diagnostiqueur immobilier doit faire preuve de compétence dans son travail. Il doit avoir les moyens et les personnes nécessaires pour effectuer son travail. Il doit constamment se recycler dans les méthodes ou les législations.

L’assurance

Le diagnostiqueur immobilier doit avoir une assurance par rapport à la responsabilité dans son travail. Le montant de la garantie de 300 000 euros minimum par sinistre et de 500 000 euros par année d’assurance.

L’indépendance et l’impartialité

Le diagnostiqueur immobilier ne doit pas avoir de lien avec le propriétaire vendeur ou bailleur d’un bien immobilier, qui fait appel à lui. Il doit demeurer indépendant et impartial. Il doit aussi l’être avec les professionnels en charge de travaux sur le bien immobilier diagnostiqué.

Des sanctions pénales

Dans le cas où le diagnostiqueur immobilier manque à ses obligations professionnelles, des amendes de 1500 euros sont prévues.

Le décret du 5 Septembre 2006 prévoit qu’avant chaque prestation, le diagnostiqueur immobilier donne à son client une attestation sur l’honneur assurant son aptitude professionnelle, sa garantie financière et son indépendance pour effectuer son activité. Il doit attester qu’il a les moyens en personnel et matériel pour établir un diagnostic.

Laisser un commentaire

Fermer le menu